2ème note – Faite à Charlieu le 23/03/20


Notre vécu. Notre organisation 

Nous sommes sous une pression quantitative et émotionnelle forte face à l’afflux des demandes et des besoins exprimés :

  • Des structures de soin de toutes tailles (de l’AP-HP au petit hôpital de Province, des centres de lutte contre le cancer, des EHPAD etc … ),
  • des pompiers qui n’ont pas le droit de rentrer dans les hôpitaux sans masque, et qui n’en ont pas, 
  • des aides-soignantes, des cabinets médicaux, des infirmières, des laboratoires d’analyses, 
  • des supermarchés qui veulent protéger leurs employés, 
  • des pompes funèbres qui ne peuvent pas aller chercher les morts dans les hôpitaux sans masques, 
  • des entreprises agroalimentaires qui ne peuvent plus fabriquer sans masque et qui nous disent : « si vous ne nous livrez pas, vous n’aurez plus à manger ! », 
  • des entreprises de toutes sortes qui nous disent : nous ne pouvons pas reprendre le travail si nous n’avons pas de masque….

Cela nous remplit le cœur de pouvoir contribuer à aider toutes ces personnes ; et en même temps, il est terrible collectivement et individuellement de faire les choix d’allocation des masques. Nous devons en parallèle gérer la transformation subite de notre activité. 

 

Le personnel de production assure une véritable performance industrielle ; le personnel des bureaux assure non seulement leur travail, mais également participe à l’aide à la coupe et à d’autres tâches logistiques ; tous nos salariés en télétravail (principalement la création, l’équipe de R& D, commerciaux, équipe support commercial, équipe des intra-entreprises avec Letol, Indispensac, Tonnerre de Belt) nous aident tous à gérer les demandes pour dépanner équitablement le plus de monde possible. Nous pensons également du fond du cœur à nos collègues qui sont chez eux et qui ne peuvent pas travailler dont le support et les messages nous portent. 

 

Nous sommes dans une ruche où chacun essaye de donner le meilleur de lui-même, où chacun aide l’autre, où la bienveillance et la générosité sont palpables. Ce virus de malheur provoque paradoxalement le bonheur de travailler ensemble dans l’action pour une grande cause qui nous rassemble, qui nous unit et qui nous donne l’énergie d’aller au-delà de nous même. Cette situation permet de révéler et voir le talent qui est en chacun de nous et des autres, que nous ne voyons pas, plus ou n’osons tout simplement pas dire à l’autre en temps normal. 

 

Adéquation entre notre production et les besoins : 

Notre production est actuellement de 160 000 masques/jour  (1, 1 millions par semaine) et nous nous employons à augmenter encore, notamment en ayant commencé la semaine dernière à confier à des confrères tisseurs français les éléments techniques de nos masques pour qu’ils puissent également en produire  et contribuer à l’effort.

 

Pour rappel : grâce à la mobilisation extraordinaire de toutes nos équipes, notre  production industrielle s’est mise en œuvre 24h/24, 7J/7 avec une montée en cadence progressive : 60 000 unités mercredi, 90 000 unités jeudi, 135 000 unités vendredi, 159 000 unités samedi, 162 000 unités dimanche. Nous travaillons pour tendre vers 200 000 unités.  

 

Organisation :

Nous priorisons les structures de soin. Nous avions donné un minimum de 200 masques par commande pour commencer ; mais la quantité des demandes nous a contraint à relever ce minimum à 500 masques par commande pour suivre le rythme sans désorganiser l’entreprise ; nous appelons à la solidarité des uns et des autres pour commander de manière groupée et réaliser la redistribution par eux-mêmes ; nous vous remercions tous pour votre compréhension. Face à cette décision, et à l’augmentation progressive des capacités, nous avons pris dimanche 22 mars 3 décisions pour trouver d’autres solutions pour les plus petites commandes :

 

  1. Pour pouvoir servir notre région du grand roannais, l’Intermarché de Riorges avec plusieurs autres magasins et pharmacies se sont associés pour une commande groupée afin de distribuer à partir de jeudi prochain des masques en petite quantité, pour tous ceux qui en ont besoin, et en priorité pour le personnel soignant et les personnes fragiles. Merci à eux pour cette belle initiative. 
  2. Pour organiser la redistribution dans la région AURA aux cabinets médicaux, infirmières libérales…, nous allons recevoir une commande de la région AURA qui prendra en main cette redistribution. Merci à eux. 
  3. Pour dépanner les demandes individuelles urgentes sur le reste de la France, nous avons commencé à travailler avec des partenaires disposant d’une plateforme Internet ; nous espérons commencer cette semaine. 

1ère note – Faite  à Charlieu le 19/03/20


A la suite d’une demande pressante d’une entreprise agroalimentaire en pénurie de masque, nous avons réalisé
un premier prototype de masque lavable 2 couches vendredi 13 mars 2020. Nous avons proposé notre aide sur les réseaux sociaux dimanche 15 mars avec un buzz inattendu.

 

Lundi dernier, nous avons fait passé à la DGA (direction générale de l’armement) nos premiers prototypes à la
demande de notre pôle de compétitivité Techtera et de la DGE (direction générale des entreprises) et avons reçu un accueil très favorable, tant sur le produit lui-même que sur notre capacité à mettre en oeuvre une production importante très rapidement (100 000 masques /jour).

 

Nos équipes ont finalisé la mise au point d’un masque 3 couches dans la foulée : une couche externe en polyester coton, une couche interne en polyester gonflant, et une couche contre le visage en polyester coton, ces 3 couches sont tissées directement sur le métier et permettent après lavage d’avoir un tissu multicouche d’une épaisseur de 5 à 6 mm. Nous avons envoyé ces prototypes à la DGA qui teste de nombreuses propositions venant de toute l’industrie textile française qui se mobilise activement.

 

Lundi, des appels de détresse nous proviennent de toute part : des hôpitaux, maisons de retraite, cliniques, pharmacies, pompiers, entreprises de production, supermarchés etc… du ministère de la santé , préfecture, Régions, des collectivités etc… nous demandent instamment de leur livrer des masques car ils sont en pénurie ou vont l’être incessamment.

 

Sans attendre un feu vert qui risque de prendre plusieurs jours, nous avons donc décidé en notre âme et conscience de dépanner le plus de monde possible et pour ce faire, nous avons organisé la production industrielle dès mardi 17 mars . Nos masques sont une alternative à l’absence de masque ou aux masques réalisés soi-même, souvent par les équipes médicales elle-même ; ils ne se substituent pas aux masques normalisés. Dans ce cadre, le Directeur Général du centre de lutte contre le cancer Léon Bérard à Lyon, Professeur Jean-Yves Blay nous a écrit dans son courrier (ci-joint) du 19 mars 2020: « En cette période d’incertitude, un masque même imparfait sera de toutes façons mieux que pas de masque ».

 

Nous tenons à féliciter du fond du coeur nos équipes qui une fois de plus font preuve d’une adaptabilité, d’une énergie et de valeurs humaines exceptionnelles. Ils ont transformé du jour au lendemain la production d’une usine. Ils viennent travailler et produire volontairement ; ils le font clairement pour être utile et contribuer à l’effort de lutte contre l’épidémie. Merci.

 

Nous livrons les demandes les plus pressantes depuis hier : le centre de lutte contre le cancer Léon Bérard, les hospices Civils de Lyon, le centre de lutte contre le cancer associé au CHU de Strasbourg, des cabinets médicaux, etc…

 

Nous profitons de ce message pour vous partager 2 points importants :

  • Le port de ces masques n’exonère pas les personnes de tous les gestes barrières recommandés.
  • Soyez patients, nous mettons tout en oeuvre pour servir les innombrables demandes que nous avons et nous partagerons nos techniques avec nos confrères tisseurs français dès cette semaine pour augmenter au mieux les quantités produites.