Notre vécu depuis le 17 mars 2020

Publié le 12/05/20

A la suite d’une demande pressante d’une entreprise, nous avons réalisé un premier prototype de masque vendredi 13 mars 2020. Nos équipes ont finalisé la mise au point d’un masque 3 couches dans la foulée. Nous avons proposé notre aide sur les réseaux sociaux dimanche 15 mars avec un buzz inattendu. Dès lors nous avons vécu sous une pression quantitative et émotionnelle très forte.

Le 16 mars, des appels de détresse nous proviennent de toute part : des hôpitaux, maisons de retraite, cliniques, pharmacies, pompiers, entreprises de production, supermarchés etc… du ministère de la santé, préfecture, Régions, des collectivités etc… nous demandent instamment de leur livrer des masques car ils sont en pénurie ou vont l’être incessamment. Nous lançons la production industrielle le lundi 17 mars.

Notre ligne directrice a toujours été de fabriquer un masque efficace, de manière immédiate,
pour le plus grand nombre et le plus accessible possible.

○ Les performances de filtration et de respirabilité ont été mesurées par la Direction Générale de l’Armement (DGA) ; nos masques sont classés catégorie 1 (UNS 1) avec une filtration des particules de 3 μm > à 90%

○ Nos masques sont tissés directement sur nos métiers, sans couture. Cela a permis de livrer le plus grand nombre de manière immédiate ( nous avons représenté plus de 50% de part de marché de la fabrication française de masques en tissu ).

Nous avons dû arbitrer constamment avec les matières premières qui étaient disponibles sur un marché en crise.

○ Certains critiquent nos élastiques, néanmoins ils étaient la meilleure alternative pour ne jamais tomber en rupture de stock.

○ De même nous avons commencé à livrer sans barrette métallique à insérer dans le masque car nous n’avions aucun approvisionnement possible et suffisant.

○ Certains critiquent notre masque comme une "serpillère". Nous comprenons cette critique dans une situation où le produit réceptionné n'est pas un produit fini et qu'il demande à être préparé par l'utilisateur final. .

En tant de crise, nous avons privilégié la réponse immédiate même imparfaite.

Pour protéger et livrer le plus grand nombre de personnes, nous avons décidé de ne pas protéger l'innovation mise au point par nos équipes. Nous avons aussi partagé notre technique à des confrères tisseurs : Deveaux, Garnier-Thiebault, Tissage Carret, Dutel, Tissage Denis, F.C.N…).

Notre offre a ses désavantages : nos masques doivent être préparés (passage vapeur et lavage) avant le premier usage par l'utilisateur final ( les fibres se gonflent, les élastiques se rétractent, le masque prend sa forme définitive). Ce n’est pas un produit prêt à l’emploi comme nous y sommes tous habitués ; ce qui a pu générer certaines incompréhensions ou critiques.

Le choix de livrer un produit prêt à l’emploi aurait réduit de 10 fois notre capacité de production

Notre produit répond à une situation d’urgence dans un contexte de crise sanitaire et de pénurie de masque.

Nous assumons pleinement toutes ces décisions des 8 dernières semaines.

Nous préparons le lancement d'une nouvelle offre dans les semaines à venir pour nous adapter à la demande actuelle. Il s'agit d'un kit de 5 masques présentés dans leur forme définitive, avec un système anti-effilochage et dotés d'élastiques amovibles. Pour cette offre nous aurons une capacité de production de 200 000 unités par semaine.

Nous avons fait de notre mieux et avec notre cœur dans cette crise.